Cartoline non spedite

Cartes postales pas envoyés #94 Journal de Tristan

 

Le protagoniste d'aujourd'hui est Tristan Martins, un garçon français de 22 ans. Il a terminé sa formation de LEA Commerce International (anglais et portugais), passant sa dernière année en Italie pour l’Erasmus, en pleine pandémie. Maintenant, il a commencé l’école d’Hôtellerie-Restauration, en effet, il souhaite devenir un chef étoilé. En attendant, il pratique dans la cuisine d'un magasin de hamburgers à Strasbourg. Il nous raconte comme les Français sont intolérants à suivre les quelques règles qui servent à protéger la santé des autres. Bonne lecture!

 

 

En France, le virus fait plus ou moins peur aux français, ils pensent pouvoir le combattre avec de grands discours comme on a combattu le terrorisme il y a plusieurs années. Malgré tout, on y voit beaucoup de personnes respecter les consignes mises en place.
À Strasbourg, ancien gros foyer du virus, les gens sont prudents bien qu’il y est toujours quelques plaisantins qui ne prennent aucunes précautions.

WhatsApp Image 2020 08 18 at 17.07.01


Comme partout en Europe, il fait chaud, c’est l’été, qui dit été dit soleil, vacances et folies. Pas pour tout le monde ! Et oui il y en a qui travaillent. Comme chaque été, c’est le moment de faire la saison et de se remettre dans le bain du travail et des études avant la rentrée, surtout après une année de vacances en Italie sous le signe d’Erasmus.
Fidèle à moi-même, je retourne travailler en restauration. Je travaille dans un petit restaurant local de burgers frais, en cuisine (de toutes façons il n’y a que ça, on est pas des serveurs).
Sous une chaleur très agréable produite par la friteuse et différents grills, on garde le sourire, enfin faudrait-il qu’on nous voit sourire derrière les masques.

WhatsApp Image 2020 08 18 at 17.07.01 1

Depuis peu, le gouvernement français a instauré l’obligation que tout le monde porte un masque en lieu publique clos, pas que nous, les employés. Pour une fois on partage un peu le fardeau, et je ne parle pas des clients mais bien du masque. Entre livreurs et clients qui viennent en continue, j’essaie de ne pas perdre patience en répétant comme à des enfants qu’il faut “mettre le masque, s’il vous plaît”. 

Le premier soir où l’obligation de le mettre a été effective, on s’en amusait, vous savez, les restaurateurs voient les clients comme des gens un peu simplet, dépourvus de raisons et d’intelligence. Certaines fois ce n’est pas entièrement faux, quand on voit par exemple cette personne qui m’a dit avec le masque sur le menton : “Non mais vous exagérez, je porte le masque quand même.” 

En plus de valider ma pensée sur les clients, je continue de perdre foi en l’humanité aussi.

Nous avons connu une période de canicule, dure pour les restaurateurs, 50 degrés dans le restaurant, et ce soir-là je fondais, littéralement, j’ai dû perdre 3 litres d’eau que je venais de boire. Les pauvres clients pleuraient parce que leurs boissons n’étaient pas assez fraîches et qu’il était dur de porter le masque 5 minutes le temps de commander. Par chance pour eux j’étais aux cuissons ce soir-là, mais une spatule rapide et précise aurait pu atterrir dans leur face si j’en perdais patience. 

Je pense que c’était bien évidemment la soirée la plus facile de la semaine, entre un énorme rush, des clients impolis “à cause de la chaleur” et une équipe peu motivée sous 50 degrés.

Enfin bon, on a tous besoin d’un peu d’argent donc on accepte tout, chaleur, masques, et même les abrutis.

More about:
Oggi10
Ieri386
Total213850

Who Is Online

2
Online

01 November 2020

Social & newsletter

Testata Giornalistica "Salic'è l'Espressino Quotidiano" iscritta al n° 8 del Registro della Stampa del Tribunale di Lecce del 4 luglio 2017.

© 2019 Salic'è. All Rights Reserved.Design & Development by Salic'è

Search

27 October 2020
Cartoline non spedite
Sylvia Plath (che oggi avrebbe compiuto gli anni) ha scritto: "Quello che più mi fa orrore è l'idea di essere inutile: ben istruita, piena di promesse, sbiadita verso una maturità indifferente". Non lo so che cosa ci sta succedendo, ma è bene che non...
20 October 2020
Cartoline non spedite
In questo periodo lo siamo tutti: tesi. Non sappiamo bene come muoverci eppure ci muoviamo. Io faccio una fatica enorme a sentirmi a mio agio quando sono in mezzo alla folla perché non so mai se sono al sicuro oppure no. Certo, vivere in questo clima...
13 October 2020
Cartoline non spedite
Ho capito che viviamo in un mondo bellissimo in cui "NON CE N'È COVIDDI" è stato il mantra di tutta quest'estate e quindi via libera ad aperitivi sulla spiaggia, discoteche aperte, lidi senza nessun distanziamento sociale, e pareva infatti che all'im...
06 October 2020
Cartoline non spedite
Marta scrive a Valerio: ci sono angoli di strade in cui ci siamo incrociati, ci siamo innamorati e poi non ci siamo più visti. Ora è ancora troppo presto per pensare alla primavera, ora che ancora non è neppure vero autunno. Sei sconosciuti si sono a...
22 September 2020
Cartoline non spedite
Ritornare. Ricominciare. Entrambi sono due momenti in cui se sbagli qualcosa, qualche passaggio, una parola di più, una di meno, il tuo risultato è compromesso, perché alle parole bisogna fare attenzione. A quelle che si dicono, al modo in cui vengon...
Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account